• Senteurs ... de roses ... 

    senteur de roses ...

    Petit tour dans le jardin d'une amie ...

    Pour vous,  ce "foisonnement de roses"

     en vous souhaitant une excellente journée  !! ...

     

    •  Contasenteur de roses ...

     

    • senteur de roses ...

      J'en profite pour vous parler de  "l'eau de rose" qui purifie, rafraîchit et adoucit le visage

       avec une douce senteur florale.

      La connaissez-vous ? 

       


       

      senteur de roses ...Une belle légende

      Comment fut inventée l'eau de rose ...

      Une princesse d'Orient, qui vivait au Xème siècle, fit jeter lors d'une fête, une grande quantité de pétales de roses  parfumées dans l'eau du canal qui entourait son château.

      Le soleil tapa si fort qu'il distilla les pétales de roses et qu'apparut, à la surface de l'eau, de l'essence de rose.

      Celle-ci fut récupérée et conservée en flacons fermés .

      

    senteur de roses ...

     

    • senteur de roses ...Je vous aide à confectionner votre eau de rose

       

       Sélectionnez une belle rose.

       Une rose non traitée à l’abri des polluants (autant que possible)

       dont les pétales ne sont pas abîmés ou desséchés. 

       Cette rose (peu importe sa couleur et son parfum) doit être juste éclose.

       Ne prenez pas une vieille rose, sur le point de faner, non,

      il faut malheureusement  »sacrifier » une jeune fleur.

       

       Cueillez-la le matin de préférence, juste après la rosée, car c’est là qu’elle est la plus fraîche.

       Si vous ne pouvez pas la cueillir si tôt (7 à 8 h du matin),

      ne la cueillez pas en plein soleil, car elle perd toute sa vitalité.

       

        Préparez-la sans tarder.

       

      Prélevez ses pétales, une belle poignée, et jetez-les dans une casserole d’eau minérale frémissante.

       Coupez le feu et laissez infuser 10 minutes, puis sortez les pétales à l’aide d’une cuillère

       préalablement stérilisée (bouillie 10 min)

       Laissez refroidir le liquide, puis mettez dans une bouteille qui ferme bien 

      (vous l’aurez ébouillantée auparavant et laissez refroidir) .

       

       

       Conservez votre eau de rose au réfrigérateur 3 à 5 jours.


      senteur de roses ...

        

       senteur de roses ...Curiosité sur l'eau de rose" ..

       

       Elle était utilisée lors des épidémies de peste, comme en témoigne Fiochette, le premier médecin du prince du Piémont, dans son "Essai sur la peste et autres maladies contagieuses à Turin" rédigé en 1631.

       Pendant l'épidémie de peste de 1630, on utilisait "l'eau de rose" pour en imprégner de petits morceaux de linge, que l'on plaçait sur la langue du pestiféré pour humecter celle-ci et "éliminer" la couleur noire.

       On arrosait également d'eau de rose une mixture faite de poudre de rose et d'autres ingrédients médicinaux, tels le bois de santal blanc et le bois d'aloès.

      Cette mixture, placée dans une pochette en soie rouge carmin, était ensuite posée sur le coeur du pestiféré comme remède.

       Cette même eau de rose, mélangée à de l'eau de laurier et de sauge, avait une excellente action purgative et désinfectante.

      Elle était utilisée pour laver le corps des pestiférés, en voie de guérison avant qu'ils ne réintègrent les milieux non contaminés.

       On versait également de l'eau de rose sur les poulets destinés au bouillon des pestiférés les plus aisés.

       

    •   Ainsi, les roses étaient-elles très estimées à cette époque,

      bien que leur action curative fût plutôt imaginaire que réelle..

    Senteurs ... de roses ... 

    "Il reste toujours un peu de parfum à la main qui donne des roses"  

                                                           "Les proverbes du Panda" de William Wilson)          

     

    senteur de roses ...

    Profitez à fond des beaux jours !

    senteur de roses ...


    21 commentaires
  •  

    étoile de mer

     

      

                                      Kahlan123398202194 art

     

      Vous découvrirez peut-être, mes amis,  si vous êtes en bord de mer ...

     au long des plages,

    lors de vos promenades,

     cet animal fascinant ...

     

    "L'étoile de mer"

     

    dont les formes et les couleurs peuvent être très variées....

     

    Dans nos contrées, on rencontre essentiellement l'étoile de mer commune

    ou  astérie qui ne dépasse pas 50 cm.

     

    etoile  

      

    Elles appartiennent à l'ordre connu sous le nom scientifique "d'échinodermes" ce qui signifie en grec "à peau épineuse".

     

    Les étoiles de mer sont voraces et ont une force incroyable.

     Elles se nourrissent d'huîtres et autres bivalves.

     

     Leurs bras

    (au nombre de 5 en général, munis de ventouses ,

    ont été comparés à un ouvre-boîte ou un hachoir à viande).

          

      Ils sont tantôt l'un, tantôt l'autre, suivant la façon dont elles les  utilisent ...

     

      Pour ouvrir les coquillages  .....

     Elle applique ses bras sur le coquillage en les y collant fortement, puis grâce à ses ventouses elle oblige ce dernier à ouvrir ses valves, dévagine son estomac, l'introduit dans la coquille et digère sur place son repas.

     

     Pour lutter à mort avec une autre étoile.
        

      Quand elles combattent l'une contre l'autre, les étoiles de mer utilisent leurs bras pour s'empoigner.

     L'étoile de mer en difficulté a tout de même la possibilité de déguerpir en abandonnant un ou plusieurs de ses bras dans ceux de l'adversaire.


      Mais elle n'a rien perdu puisque les bras des étoiles de mer repoussent exactement comme ils étaient avant !  

     

    etoiledemer  une petite réflexion de Paul Fort ... 

    LA MER

    La mer brille comme une coquille

    On a envie de la pêcher

    La mer est verte

    La mer est grise

    Elle est d'azur

    Elle est d'argent et de dentelle. 

     

    étoile de mer

    étoile de mer


    30 commentaires
  •  

       

       Le soleil a l'air de nous revenir ....

     

    Aussi beaucoup profite d'une journée à la mer  

    ou 

    de vacances sur nos côtes pour ramener moules et  

      ... crustacés...

      

     Ceux que je privilégie ont un succés fou dans notre assiette ... 

     

     

       Voici une  manière de les préparer avant de les déguster ...

       ces crabes appelés aussi ....  tourteaux ou .... dormeurs ......

     

    Le choix :

     Pour deux crabes (1kg à 1,5 kg pour obtenir 300 à 500 g de chair)  à choisir bien vivants, lourds et sans blessure.

      

    La cuisson :

     D'abord les placer au congélateur 15 minutes environ avant la cuisson pour qu'ils ne perdent pas pinces et pattes ....

    puis les plonger, pattes en premier, dans de l'eau bouillante salée avec une grosse poignée de gros sel et des herbes et épices à votre goût.

    Les faire cuire 25 minutes à petit bouillon après la reprise de l'ébullition : égoutter-les et les laisser tièdir (hors du réfrigérateur).

     

    La préparation :

     Casser pattes et pinces à petits coups secs de marteau après les avoir enveloppés dans un torchon.

    Couper les intérieurs séparés en alvéoles puis décortiquer-les avec une curette.

     

    Le service

     A déguster tièdes avec du pain et du beurre salé.
                          

    Vous pouvez également concocter une savoureuse sauce en mélangeant

    la matière, contenue dans les "coffres" des crabes ...

      avec du vinaigre, du poivre et de l'huile,

     à étaler sur du pain grillé

    ou

    simplement une mayonnnaise relevée.
                      

      

    Vous accompagnerez d'une salade de mâche, mesclun,  roquette... 

    avec de l'avocat, des agrumes, de la mangue, de l'ananas

    et

    les rituelles tomates bien sûr.


                        

    La chair du crabe peut être congelée

     et ainsi vous la retrouverez en arrière-saison

     pour vos garnitures chaudes : crêpes, quiches et coquilles ...

                                  

     J' espère vous avoir donné "l'eau à la bouche" ...

      

     Bon appétit  mes amis !

     

    "Dormeurs" ..


    26 commentaires
  • coquillages

      

    Hum ! Quel bonne odeur iodée !!!

      

    La dégustation des coquillages est un des plaisirs de l'été

     

    au bord de mer ou de retour de plage ...

      

    Il faut savoir que le premier critère de qualité des coquillages est leur fraîcheur ...

     

    Choisissez-les bien fermés et dégageant une bonne odeur marine.

     

    Ensuite, brossage, lavage et rinçage sont indispensables à une dégustation réussie !

     

    En général les coquillages s'ouvrent sans difficultés en glissant un couteau près de la charnière et en sectionnant le muscle qui les tient fermés.

     

    Voici quelques coquillages qui vous offriront leurs saveurs raffinées et iodées.

      

    Les palourdes : 

    Généralement assez propres, un seul passage rapide dans de l'eau salée suffit à les nettoyer. Pour les ouvrir procéder comme ci-dessus et racler la coquille supérieure au couteau afin que le mollusque entier se retrouve dans la coquille du dessous.

      

    Les praires : 

    Leur coquille retient beaucoup de sable . Donc, les brosser vigoureusement sous l'eau courante. Les ouvrir comme citer ci-dessus ou les placer dans une poêle sur feu doux ce qui aidera à l'ouverture jusqu'à ce qu'elles s'entrebâillent. et les retirer immédiatement.

    Les praires et les palourdes seront débarrassées de leur première eau car elles se rempliront en quelques minutes d'une deuxième eau, plus limpide et plus parfumée.

      

    Les amandes de mer : 

    Les rincer brièvement dans un bain d'eau douce en les foulant énergiquement. Elles s'ouvrent sans problème de la même manière que les autres coquillages. 

     

    Les coques : 

    Comme elles contiennent du sable, les faire impérativement dégorger deux heures dans de l'eau salée (une grosse poignée de gros sel pour trois litres d'eau), puis les rincer. Ouvrir comme indiquer ci-dessus : pour mieux les tenir en mains, étant donné leur petite taille, les caler dans un torchon.

      

    Les pétoncles : 

    Les frotter légèrement à l'eau douce, les ouvrir comme pour les autres coquillages. Enlever la chair, la laver avant de la cuisiner. Laver l'intérieur des coquilles également si vous comptez présenter votre préparation dedans.

      

    Les moules :

    Les gratter d'abord avec un couteau pour éliminer les petits parasites en forme de dôme qui adhérent à la coquille. Les laver ensuite à l'eau salée, en les brassant. Les débarrasser de leur "plumet de filaments" en le coupant et non en l'arrachant. Enfin, les rincer encore rapidement sans les laisser tremper. (pour éviter qu'elles ne se gorgent d'eau et perdent leur goût). Les égoutter et les cuisiner. 

     

    cab6d6ee 

    "La mer : une grande dame qui prend trop ses aises.

     Elle n'a pas besoin de tant de place pour produire la moule et l'oursin." 

    (Lucie Paul-Marguerite) 

     

    Au plaisir de vous lire dans votre été ... 

    Les coquillages ...


    5 commentaires
  • bonheur marin

     

    La plage ...    la  marée ...   les embruns ...  la brume ...

     

     le bruit des vagues ...  des oiseaux ...  du vent ...

     

     les senteurs ... les saveurs ...

     

    Tout ce qui fait les plaisirs de la mer  ....

     

     

     

    C'est avec ce recueil coloré, surprenant en anecdotes et photos,

     

    sentant bon le large....

     

     "Grandes joies et petits bonheurs ... au bord de la mer"

     de Claire Lhermey et Marine Guillier ...

     

    que je vous emmène aujourd'hui ...

      

    Je sus sûre que vous aurez comme moi un coup de coeur  ...

     

    que vous prendrez un grand bol d'air marin ...

     et ...

     que vous ferez plein de découvertes à sa lecture   ...

     

    bonheur marin  

     

      Deux petits extraits de ce recueil ,

     que les amoureux de la lecture apprécieront,

      je pense.

                                           

       "Petit éloge du pull marin"

     

     Il suffit de l'enfiler pour se sentir en vacances au bord de la mer.

     

     Uni ou rayé, ce tricot dense à mailles serrées et boutonné sur le cou, c'est le pull marin....

     

     C'est lui que l'on enfile à la plage, à même la peau sur le maillot encore mouillé, quand

    la brise de la mer se lève, ou que l'on roule en boule sur le sable pour en faire un oreiller.

     

    C'est lui aussi qui ne sèche jamais tout à fait après avoir été mouillé à l'eau de mer,

    gardant toujours en lui les embruns en gage de sa fidélité maritime ...

     

     Et c'est lui encore, lavé de frais cette fois, qui fera l'élégant négligemment

    posé sur les épaules pendant les belles soirées d'été.

     

    bonheur marin

      

    "Avis de tempête"

     

     Quand la mer se fâche, quand elle est en colère, le spectacle est immense,

    le frisson intense ...

    Quand on est à l'abri.

     

    Derrière la baie vitrée les arbres couchés par le vent frémissent sous un ciel menaçant,

    les gerbes d'écume éclatent sur les roches noires et se fracassent.

     

    On se dit devant le grandiose spectacle, qu'il est bon d'être chez soi les pieds devant

    l'âtre et on espère, on espère bien fort que personne n'est en mer en ce moment.

     

    Le vent gifle la toiture, une branche de pin griffe la fenêtre.

    La mer gronde, la vitre se constelle d'embruns.

     

    On remet une bûche dans la cheminée.

     

    Que c'est beau la tempête !

     

    Quand on est à l'abri.

    bonheur marin

    Passez un bel été !


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires