•  

      çà y est… depuis le début de l'hiver le rouge gorge est de retour

    et  le froid se faisant sentir  il se rapproche des maisons ...

     

    On l’appelle souvent .... "l’ami du jardinier ".

    rouge gorge en hiver ...

     Petite boule de poils gris-brun, arborant de la face à la poitrine un beau rouge-orangé

    et son « gros » œil rond, le rouge-gorge fait parti de notre campagne et notre jardin ….

     

    Sa silhouette rondelette et vive sautillant en quête de pitance

    nous ravit tous les jours et dès qu' il fait froid il se rapproche des maisons …

     

    Le rouge-gorge est très vulnérable l’hiver et gonfle son plumage pour préserver sa chaleur corporelle

    et c’est pourquoi il apprécie les petites attentions à son égard et

    se fera le visiteur régulier de vos mangeoires garnies de matière  grasse et de graines.

     

    Le rouge-gorge ...

                                                                                              (photos ci-dessus issues du net)

    Savez-vous que le rouge-gorge si charmant et si familier a été désigné en 1960 par les

    Britanniques comme l’oiseau le plus populaire.

      Depuis, il est devenu un symbole national.

     Son image est exploitée, en particulier, à l’époque des fêtes de fin d’année

    où vous le retrouvez sur bon nombre de cartes postales anglaises.

     

      Voici un petit poème trouvé sur le net

    et qui lui rend hommage ...

     

    "Le rouge-gorge" ...

     Si vous aimez jardiner
      Vous le connaissez
      Ce petit passereau
      Qui sautille à deux pas
      A l’affût du vermisseau
      Ou du moindre appât
      Fruits de vos travaux
      Voyez cet œil noir
      Rempli d’espoir
      La faim le rend hardi
      Du jardinier il est l’ami
      De son bec fin
      Il happe sa proie
      Il calme sa faim
      Il fait notre joie.

                                                   (signé M.W.)

    rouge gorge en hiver ...

     

     

    Petit clic pour écouter cette petite mélodie sur de sublimes photos !

    rouge gorge en hiver ... 

    Belle journée avec cette jolie peinture hivernale de …

    Michaël Coulter

    rouge gorge en hiver ...

    rouge gorge en hiver ...

    Yahoo!

    34 commentaires
  •  

    Bonjour mes amis ... 

    Histoire de ...."cheminée" ... 

    Histoire de ...."cheminée" ...

    J'espère que vous avez passé un doux week end "cocooning" vu la météo si maussade !

     

    Pour vous réchauffer , retrouvons-nous au coin du feu d'une manière originale ......

     

    L'an passé, je vous parlais de la place des cheminées

    dans la vie quotidienne d'antan ..

    petit clic pour retrouver la page surcheminées du temps passé

     

    Aujourd'hui, je vais vous conter l'histoire d'une coutume originale mais

    pour le moins étrange, observée naguère …

    dans les coins retirés du Pays de Galles… 

     

    "A ces époques des grandes cheminées, on croyait que faire passer un cadavre par l'huis portait malheur et, comme les fenêtres étaient généralement trop petites, on hissait le cercueil - et son occupant- par la cheminée.!

     

    Il suffit d'avoir vu la grande cheminée d'une ferme galloise pour se rendre compte qu'elle pouvait laisser le passage à un très grand cercueil. 

     Histoire de ...."cheminée" ...

    La mésaventure ci-dessous a, aussi,  été rédigée par l'écrivain anglais "John Seymour" 

    dans son livre "Arts et Traditions de la maison"

     

    Histoire de ...."cheminée" ...

    Histoire de ...."cheminée" ... 

    Je vous invite à suivre son 'expérience" :

     

    "Dans ma propre maison j'ai eu une de ces immenses cheminées ainsi qu'une plus petite, de taille normale qui servait pour une cuisinière "Aga".

    La grande fête de notre calendrier, au pays de Galles était "Hen Nos Galan" l'ancien nouvel an, qui avait lieu le 13 janvier.

    Donc, un certain 13 janvier, je me trouvais dans in bien triste état (les libations duraient toujours la nuit entière) lorsque, comble de malheur, la cuisinière "Aga" se mit à fumer :

    La cheminée était bouchée.

     

    Je grimpai sur le toit et tirai plusieurs coups de fusil de chasse dans la cheminée.

    Cela remplit, au-dessous, la pièce de suie, mais n'eut strictement aucun effet sur le bouchon.

    Arriva un voisin qui, me voyant

    en cette situation, alla chercher une botte de houx.

    Je fis descendre une corde dans la cheminée et il attacha le houx à l'extrémité.

    Mais comme il était dans le même état que moi, il ne la fixa pas assez solidement.

    En conséquence, lorsque j'eus tiré la botte de houx jusqu'à mi-hauteur du conduit, elle se détacha de la corde et retomba.

     

    Mon ami repartit chez lui  et revint, cette fois avec du matériel de ramonage.

    Fixant le hérisson au bout des tringles, il l'engagea dans la cheminée.

    "Fais tourner les tringles!" lui criai-je à travers le conduit, voulant lui signifier qu'il devait les tourner dans le sens des aiguilles d'une montre pour ne pas dévisser l'assemblage.

    Il les tournait consciencieusement, mais, hélas, en sens inverse. Inutile de vous dire que le hérisson rejoignit la botte de houx.

     

    Aux grands maux les grands remèdes.

    Après nous être rafraîchis avec une chope de bière maison, nous remontâmes sur le toit, munis, cette fois, de quinze litres d'essence afin d'essayer de percer le bouchon de suie en le brûlant.

    Ne réalisant pas que la cheminée était encore très chaude, nous versâmes l'essence dans le conduit sans autre cérémonie.

     

    Comme nous regardions par l'ouverture  pour voir s'il se passait quelque chose avant d'y laisser tomber  un bout de papier enflammé … nous fûmes projetés en arrière par une violente explosion.

     

    La maison trembla, nos sourcils furent soufflés et nous ne sûmes jamais ce qu'il était advenu de la botte de houx et du hérisson.

     

    Quoiqu'il en soit, la cheminée fonctionna ensuite parfaitement!".

     

     

    Histoire de ...."cheminée" ...

    Pour la petite histoire …  le ramonage "archaïque" à ces époques reculées ...

    Il y a bien des années, dans les maisons où l'on ne pouvait faire appel au ramoneur,

    on inventait des méthodes de ramonage plus ou moins orthodoxes.

    Par exemple on jetait une poule ou une oie vivante dans la cheminée :

    en battant des ailes, le volatile décollait toute la suie !

     

    Ceux qui avaient plus de prévenance envers leur basse-cour faisaient descendre dans le conduit

    une corde sur laquelle on avait noué, à mi-longueur, une botte de houx.

    Puis mari et femme, l'un en haut et l'autre en bas de la cheminée,

    tiraient alternativement sur la corde pour que le houx gratte la paroi du conduit.

    Celui-ci finissait par être débarrassé de toute la suie.

    Histoire de ...."cheminée" ...

     

    Histoire de ...."cheminée" ...

     

     

    Yahoo!

    33 commentaires
  • mésanges

     Avec les mésanges ...

    régulières visiteuses en notre jardin,

     je vous offre cette jolie  poésie découverte chez ...

     

    Vette de Fonclare … 

    voici le lien de son superbe site littéraire ...  poèmes …

     

    mésanges

     

    Une mésange  tellement bleue
    Qu’on la dirait peinte de ciel.
    Du noir tout autour de ses yeux,
    De l’azur jusqu’au bout des ailes,

     

    Elle vient parfois quémander
    Quelques graines et des miettes ;
    Son jabot jaune est tout gonflé
    Sous les angles vifs de sa tête.

     

    mésanges

     

    Quelquefois elle zinzinule
    Au fond du jardin endormi.
    Une cigale qui stridule
    Chantant en do, en ré, en mi

     

    mésanges

     

    Lui fait écho. Duo bizarre
    Qui met en joie notre maison ;
    Et c’est bientôt un vrai bazar
    Car tout, alentour,  lui répond :

     

    mésanges

     

    Une grenouille, des criquets,
    Et le vieux chien de la voisine,
    Bébé Pierre qui baragouine
    Et le mistral dans les cyprès …

     

    mésanges  

    Agréable fin de semaine à Tous ! 

    Yahoo!

    36 commentaires
  • Bon week end les amis,

    "Rose des neiges" ...

     

    J'ai toujours beaucoup apprécié cet "amoureux des jardins" ...

    Michel Lis (1937-2015) surnommé "moustaches vertes"

    et ses nombreux écrits.

     

    Je vous livre une de ses chroniques telle que je l'ai lue,

    consacrée à la  légende de la"rose de noël" qui enchante nos jardins en cette période hivernale.

     

    "Rose des neiges" ...

     

    "Rage aux loups" , "pisse-à-chien", "herbe aux bestiaux", "queue de griffon" ...

    Décidément  l'hellébore n'a pas bonne presse dans nos campagnes où

    on la considère comme une plante avant tout toxique et même vénéneuse.

     

    Les jardiniers, eux, préfèrent l'appeler joliment "rose de noël" ou "rose des neiges".

    Peut-être à cause de son pouvoir de fleurir alors que dehors tout est noir, gris,

    ou bien parce que ses pouvoirs malfaisants remontent à la plus haute Antiquité,

    l'hellébore demeure une plante du diable.

     

    Certes, en Provence, on suspend des touffes dans les étables pour écarter les mauvais esprits,

    on fait de même près des râteliers à foin pour éloigner les serpents et le mauvais oeil,

    souvent incarné par la salamandre ;

    c'est pourtant dans la confection d'onguents "sataniques" qu'elle jouerait son rôle le plus important.

     

    Mêlées à des graines de tournesol, des fleurs de coquelicots, cuites dans du saindoux,

    les racines d'hellébore surtout celles de la "rose de noël"

    (helléborus niger : hellébore noire) sont la cause de prodiges.

    C'est à un médecin-magicien grec du nom d'Anticyrus

    - qui a donné son nom à une ville de Corinthe où l'on cultive toujours la "fleur maudite"-

    que l'on doit la découverte des propriétés de l'hellébore.

    Il s'en servit pour guérir Hercule d'une crise de folie qui l'avait poussé à tuer sa femme et ses enfants !

     

    "Rose des neiges" ...

     

    N'allez pas à votre vous purger de "quatre grains d'hellébore" comme dans la fable,

    la fleur et la plante tout entière est aussi belle que mortelle.

     

    Michel Lis dont vous pouvez lire la biographie en vous rendant sur ….

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Lis

     

    "Rose des neiges" ...

     

    A propos de l'hellébore ...

    Autrefois, on confectionnait un bouquet d'hellébores à l'approche de noël.

    Composé de 12 boutons, il représentait les 12 mois de l'année :

    les boutons qui s'ouvraient annonçaient les mois ensoleillés, les autres les mois pluvieux.

     

    Petit conseil

    Pour qu'elles restent belles en bouquet,

    il ne faut jamais couper les fleurs de l'hellébore par temps de gel.

    Au jardin, vous pouvez couper les fleurs flétries pour laisser la place aux suivantes.

    Cette plante n'aime pas être dérangée, ne la déplacer pas inutilement.

     

     petit clic sur ……. Savoir tout sur l'hellébore

     

    "Rose des neiges" ... 

     

    Yahoo!

    16 commentaires
  •  

    Coucou à Tous !

     

    Pas de neige encore cet hiver par chez nous ...

    mais, à son propos,  vous êtes-vous déjà posé la question ….

     

    "La neige … mais quelle neige ?"

    Savez-vous qu'il existe "trois types" de neige ! ...

      Nos amis de la montagne connaissent ...

    J'en suis certaine ! ...

      Mais peut-être que ....

     La neige ... mais quelle neige ?

     Aujourd'hui, avec quelques photos de l'an dernier,

    nous en apprendrons plus sur …

     

    LA NEIGE

    La neige ... mais quelle neige ?

    La neige ! .. Mais quelle neige ? ...

     La neige est une précipitation solide qui tombe d'un nuage

    et atteint le sol lorsque

    la température de l'air est négative ou voisine de 0°C.

     

    Ces cristaux de glace s'agglomèrent et forment des flocons.

     

    Leur forme varie en fonction de la température :

    étoiles (entre -16°C et -13°C),

    plaquettes (vers -12°C),

    aiguilles ou colonnes (vers -6°C).

     

    Sous nos latitudes, la neige tombe en plaine

    par une température sous abri comprise entre 1°C et - 5°C.

     

    La neige ... mais quelle neige ?

     

    On distingue 3 types de neige selon

    la quantité d’eau liquide qu'elle contient :

     

     La neige sèche est fréquente en montagne

    car elle se forme par temps très froid,

    avec des températures inférieures à -5°C.

    Légère et poudreuse, elle contient peu d’eau liquide.

     

    La neige humide ou collante tombe souvent entre 0°C et -5°C.

    Elle contient davantage d’eau liquide ce qui la rend lourde et pâteuse.

    C’est la plus fréquente en plaine et la plus indésirable.

     

    La neige mouillée tombe entre 0°C et 1°C

    et contient beaucoup d'eau liquide.

    Très lourde, elle est facilement évacuée par le trafic routier,

    mais peut aussi fondre et regeler sous forme de plaques de glace.

    La neige ... mais quelle neige ? 

    La neige est attendue avec impatience chaque hiver en montagne,

    mais pas à  basse altitude et

    en ville où elle est plutôt redoutée..

     

    La neige ... mais quelle neige ?

     

     Depuis une cinquantaine d’années environ,

    on constate cependant que ces épisodes

    sont plus tardifs dans la saison.

    La neige ... mais quelle neige ?

    La neige ... mais quelle neige ?

    L'auteur Jean Richepin a si bien su en saisir la poésie ...

     

    Toute blanche dans la nuit brune,

    La neige tombe en voletant.

    Ô pâquerettes ! Une à une

    Toutes blanches dans la nuit brune.

     

    Qui donc là-haut plume la lune ?

    Ô frais duvet ! Flocons flottants !

    Toute blanche dans la nuit brune,

    La neige tombe en voletant.

     La neige ... mais quelle neige ? 

    La neige ... mais quelle neige ?

    La neige ... mais quelle neige ?

    Yahoo!

    42 commentaires