• Faites-les rougir ..."les tomates" ..Allo mes amis !!!!

    Ce week end s'annonce un peu ensoleillé par chez nous

    mais l'air fraichit et l'arrière saison se fait sentir ....

    eh oui ! déjà ..

     

    Faites-les rougir ..."les tomates" ..

                                                         

       Pour  ceux et celles qui ont le bonheur de cultiver les tomates,

    il est bientôt temps d'en arracher les pieds,

    mais souvent il y a encore des fruits plus ou moins mûrs dessus

    et il serait dommage de les perdre .

        

    Je pense que vous connaissez un "truc" pour les faire mûrir

    mais je vous donne la méthode de mes parents

    qui donnait une certaine réussite et

    que j'ai retrouvée dans de nombreux livres et revues de jardinage ...

     

    Faites-les rougir ..."les tomates" ..

       

      Cueillez les fruits qui restent : récoltez toutes les tomates à peine orangées,

    mêmes  petites, elles seront aussi bonnes.

     

    1) Il ne faut surtout pas qu'elles soient tombées ou tachées,

    car elles ne se conserveraient pas et cueillez-les par un temps sec

    en les détachant délicatement avec leur queue.

     

          2) Pour accélérer leur maturité,

    enfermez-les une à une dans du papier journal

    ainsi elles seront à l'abri de la lumière et surtout en atmosphère confinée

    (c'est ce confinement qui accélère la maturation)..

     

    Faites-les rougir ..."les tomates" ..                      Faites-les rougir ..."les tomates" ..

                                                  

       3) Disposez toutes ces tomates ainsi préparées dans des cageots en bois,

    sans les empiler et en les espaçant suffisamment.

     

                 4) Entreposez-les derrière une vitre qui reçoit le  plus souvent le soleil et surveillez régulièrement

    le mûrissement de vos tomates en défaisant une partie de l'emballage,

    ce qui vous permettra d'éliminer celles qui s'abîment

    (eh oui ! çà arrive...).

     

    Autres astuces pour les aider à mûrir ..

     

    Arracher les pieds de tomate …

     Les suspendre la tête en bas, dans la véranda, la serre, le garage, le cabanon , ect … 

    Ou

     Une autre méthode consiste à placer vos tomates dans une boîte hermétique …

    à température ambiante en compagnie de quelques pommes mûres.

     

    Et  aussi ...

    pour les dernières tomates vraiment vertes, pensez à en faire de délicieuses confitures !

     

    Pour terminer une découverte sur le net … 

    une tomate qui se joue "surprenante" !

     

    Sus aux tomates ...

     

      Bonne récolte et agréable week end à tous !

     

     La tomate en fête dans notre région la semaine prochaine …

    Sus aux tomates ...Faites-les rougir ..."les tomates" ..


    32 commentaires
  • St Fiacre ...

                                                                                                       (création glanée sur le net) 

                                                              

     Le 30 Août, on le fête ...

    Pour faire honneur aux jardiniers , horticulteurs et maraîchers, 

    je vous parlerai de leur " St Patron"..

     

    Saint Fiacre

     

    En son hommage, l'Association des journalistes du jardin et de l'horticulture décerne chaque année depuis 1971,

    le prix Saint Fiacre qui distingue un ouvrage écrit en langue française

    traitant du jardin, de l'horticulture ou du végétal.

     

    Mais, qui était st Fiacre ?

    St Fiacre ...

     

    Saint Fiacre l'a emporté sur la cohorte des patrons jardiniers suscités par le christianisme.

    Il est chronologiquement le plus récent, si l'on peut dire, puisque sa mort remonte au VIIème siècle...

    La confrérie des maîtres-jardiniers, née sous Henri IV, se plaça sous sa bannière.

    Avant sa suprématie, on célébrait le culte d'une triade de jardiniers héroïques

    qui avaient payé de leur vie leur fidélité à Dieu et à leurs choux.

    Ces martyrs oubliés ont marqué les temps anciens.

     

    Saint Fiacre, fils du roi d'Ecosse, refusa l'héritage et établit son ermitage dans la Brie.

    Les pèlerins affluèrent bientôt, qu'il fallait nourrir.

    L'Evêque de Meaux autorisa Fiacre à cultiver tout le terrain qu'il pourrait défricher en un jour.

    Quand l'ermite posa son bâton sur le sol, la terre se creusa et la forêt environnante

    s'abattit d'elle-même créant ainsi l'espace d'un jardin.

    Ce miracle, commémoré le 30 août, est fêté chaque année avec plus d'ampleur en Seine-et-Marne,

    en particulier à Meaux et … à Saint-Fiacre en Brie.

      (source "Le jardin de mon grand-père" aux éditions De Crémille 1996)

    St Fiacre ...

                    Le saint est toujours représenté une bêche à la main.

     Ce sculpteur sur bois, dont j'ignore le nom, a été, très inspiré sans doute par Saint-Fiacre.

     

    St Fiacre ...

     

    Vous pouvez admirer son oeuvre au ...

    Jardin conservatoire des fleurs et légumes du Pays d’Auge à Saint Pierre sur Dives en Normandie.

    St Fiacre ...

    Un peu d'histoire ...

     

    A une époque, on invoquait St Fiacre contre les hémorroïdes, le "mal de Saint Fiacre"

    et on s'asseyait sur la pierre de Fiacre pour être soulagé.

     

    Au XVIIème siècle, un certain Mr Sauvage, imagina de remplacer les chaises à porteurs

    par des voitures louées à l'heure ou à la course.

    Elles partaient et revenaient de l'hôtel St Fiacre, rue saint-Antoine :

    d'où leurs noms - des fiacres - et leur fortune jusqu'à l'apparition des taxis.

     St Fiacre ...

    "Un jardin, dans la solitude,

    Grand saint occupe votre main ;

    Et votre âme y fait son étude

    Des oeuvres de l'amour divin.

     

    Vous parlez, la nature entière

    Se montre souple à votre voix ;

    Comme un maître elle vous révère, 

    Et se plaît à suivre vos lois."

    St Fiacre ...

     


    25 commentaires
  • Petit tour en cuisine ...

    Alors que les températures se fraichissent déjà par chez nous …

     je vous invite en cuisine ! 

     

          Aujourd'hui, je vous propose de cuisiner le  lapin

      qui est une viande qui se déssèche au four

     si l'on ne prend pas le soin de "l'enrober" de beurre... 

     

     Voici la recette avec deux cuisses de lapin mais  

    vous pouvez réaliser celle-ci avec des râbles ou un lapin entier ...

     

    Petit tour en cuisine ...

        

    Disposez dans un plat à four huilé deux cuisses de lapin

     que vous aurez préalablement enduites de moutarde ordinaire ou si vous aimez de moutarde à l'ancienne.

     

    Disposez sur les cuisses de bons morceaux de beurre ou de margarine 

    et alentour des gousses d'ail entières :

     arrosez de vin blanc sec ou d'eau ou de bouillon (1 dl pour 2 cuisses).

     

    Couvrez d'un papier aluminium (ou d'un couvercle si votre cocotte en comporte un)

    et enfournez dans le four préchauffé.

    Cuire th.5 durant 30 mn 

    puis enlevez le papier alu pour terminer les 15 dernières minutes de cuisson (afin de dorer).

     

    Petit tour en cuisine ...

     

    Vous pourrez servir ce plat sur des haricots verts

    ou

     des endives braisées selon la saison ..

     

         Si le lapin ne vous convient pas …

     eh bien ! un filet mignon ou des cuisses de poulet

      remplaceront avantageusement la base de ce plat ...

     

    Vous voyez, vous trouverez toujours à vous régaler …

     

    Petit tour en cuisine ...

     

     Pour la petite histoire … "aller à l'herbe" ...

     

    je vous dirai que dans mon enfance, les parents avaient un élevage de lapins.

     

    Chaque soir, lorsque

     nous rentrions de l'école, après le goûter

    (tartines de pain beurré avec confiture ou carrés de chocolat) , 

     et avant de faire nos "devoirs scolaires"

     nos parents nous confiaient

     un sac de jute (plus grand que nous ),

     une faucille et un couteau et

     nous étions de service

     pour aller "à l'herbe" ...

     

     C'est à dire couper le trèfle, la prêle, le plantain, le seneçon,

     les pissenlits,  ect ... et l'herbe le long des chemins

     pour nourrir les lapins le soir en complément des épluchures de

     légumes et  en plus de l'avoine qui leur était servie le matin.

     

     Il faut dire qu'à cette époque pas d'engrais chimiques, ni de pesticides,

    d'herbicides et de pollution de voitures dans nos campagnes …

     L'herbe était donc saine. 

     

    Petit tour en cuisine ...

     

    Ravie de vous retrouver mercredi si le cœur vous en dit ...

     


    34 commentaires
  • Le "faiseur d'ondées" ...

     

    C'est le week end …

    Un peu de détente mes amis …

    Le "faiseur d'ondées" ...

    Je vous invite à suivre Michel Lis , passionné de jardinage et poète à ses heures,

    qui nous fait l'éloge de son "magicien" au jardin .

    Le "faiseur d'ondées" ...

     Dans la main de La Quintinie ou de Lenotre,

    il s'appelait "vaisseau" , il était en terre cuite ou en grès

    et ses formes rebondies faisaient penser au fameux pot de lait de la jolie Perrette.

     

    Puis on le fabriqua en cuivre martelé chez les dinandiers , formés tout spécialement pour ce travail,

    car il en fallait un vrai régiment pour occuper les grands jardiniers d'antan.

     

    On le retrouva en bois, chez les peuples d'Afrique , en fer-blanc, en zinc,

    en plastique, toujours plus léger , plus alerte,

    pour donner l'eau à la terre, comme dit "donner de l'amour à la terre"

    lorsqu'on bêche ou que l'on laboure.

     

    Le "faiseur d'ondées" ...

     

    Mais, il est toujours là, malgré les ordinateurs et autres testeurs d'humidité

    (pardon ! ... d'hygrométrie)

    connectés sur des systèmes à déclenchement automatique.

    Tout un monde sophistiqué qui prive le jardinier de ce plaisir rare, de ce moment de bonheur même,

    où il voit couler "en Niagara" ou en pluie douce dans les sillons ,

    dans les torrents capables d'entraîner les graines de toute une récolte ou

    de caresser d'une onde chaude et mesurée la semence qui déjà s'éveille au creux du sillon.

     

    Cabossé, raide comme un lyonnais, rond comme un bourguignon,

    car sa forme évolue avec les peuples qui l'emploient,

    il est toujours là dans nos jardins, inoccupé l'hiver,

    renversé  dans un fossé pour que la pluie ne le remplisse pas,

    et que le gel ne fasse pas éclater ses rivets, en "chute de timbre"

    comme une loco à vapeur finissant sa vie sur une voie enherbée, où fleurissent des coquelicots.

     

    Le "faiseur d'ondées" ... 

     

    Il en a gagné des batailles ce grognard aux cheveux gris,

    lorsqu'on le penche et qu'un escargot lui a laissé des galons argentés de serpent.

     

    Un humble, je vous dis qui, dans la main des plus grands comme plus modestes, des tire-binettes,

    remplit avec le même dévouement les mêmes fonctions.

     

    Cet ombrageux n'aime pas l'ombre, sauf lorsque rempli de l'au fraîche du puits,

    il s'improvise rafraîchisseur de bouteilles qu'on boira sous les tonnelles de l'été.

     

    Le "faiseur d'ondées" ...

     

    De son oeil de zinc, le bras replié sur la hanche comme un tambour-major,

    il contemple, sur le tas de sable du jardin ,

    sa progéniture multicolore, avec laquelle jouent les enfants.

     

    Travailleur du matin, lorsque les nuits sont encore fraîches au printemps il sort le soir en été,

    pour des rondes vespérales que suivent les passereaux gourmands tout heureux de becqueter,

    qui un ver de terre, qui un insecte dérangé par la fraîcheur de cette pluie soudaine,

    que rythme le balancement du bras du jardinier.

     

    Le "faiseur d'ondées" ...

     

    Ce modeste, ce sans-grade, qui  sait, comme un maître de ballet,

    dessiner des huit sur le gravier de l'allée en pleurant saoul ,

    c'est mon arrosoir !!

    Un magicien qui, le temps d'un été, change le jardinier en "faiseur d'ondées" . 

     

    Le "faiseur d'ondées" ...

    Michel Lis le jardinier  …. extrait de son livre "Mes jardins" aux éditions De Vecchi.

     

    Pensez  … à offrir cet ouvrage à vos amis jardiniers …

     un bonheur communicatif !

     

    Le "faiseur d'ondées" ...

     


    22 commentaires
  • "Liqueurs" ... 

    Les liqueurs aux herbes ….

     

    Certes, l’on consomme moins de liqueurs de nos jours

    mais pour ceux et celles qui aiment et qui ont le bonheur d'avoir des aromatiques au jardin ...

    en voici deux recettes qui vous permettrons de les utiliser d'une manière originale.

     

     

     Liqueur de menthe :

     

    "Liqueurs" ...

     

    Faites macérer pendant 15 jours,

    250 g de feuilles de menthe  dans 1 litre d’alcool à 45°.

    Puis filtrez et ajoutez un sirop fait avec 1 kg de sucre et ½ litre d’eau.

    Laissez refroidir et mettez en bouteille.

    Si vous voulez obtenir une couleur verte,

    vous pouvez ajouter 1 c à soupe de sirop de menthe coloré mais ce n’est pas nécessaire.

     

      

    Liqueur d’estragon :

     

    "Liqueurs" ...

     

    Faites macérer 50 g de feuilles d’estragon dans 1 litre d’eau de vie à 45° pendant une semaine.

    Filtrez et ajoutez 500 g de sucre fin.

    Remuez jusqu’à dissolution complète du sucre.

    Mettez en bouteille.

    Bouchez hermétiquement.

     

     Petit truc ...

    vous pouvez sucrer sirops et liqueurs avec du sirop de sucre de canne,

    ce qui évite de faire dissoudre le sucre dans l’eau.

     

     ces liqueurs aident à la digestion … 

    vous devinez …

    à consommer avec modération

    mais je sais que vous êtes des personnes raisonnables !!!

     

     "Liqueurs" ...

     


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires