•  

    lilas

     Les lilas sont en fleurs

    Et nous sommes nombreux et nombreuses à les apprécier ...

     Immuables, résistants, populaires ...

    Ils paraissent avoir toujours été là ...

     

    Je me suis penchée sur leur passé, leur légende

    et les croyances liées à ces arbres aux effluves puissantes .

     

    Et je partage avec vous mes découvertes,

    trouvées au gré de diverses recherches.

     

    lilas

      

    Le mot "lilas" est dérivé du persan lilak "fleur ou plante bleuâtre".

     

    Il fut introduit en Italie à la Renaissance, puis ensuite en France, en Belgique et dans toute l'Europe où il se naturalisa.

    Jusqu'au 19 ème, on n'en connaissait que deux variétés dont la blanche très rare.

     

    lilas

     

    Les croyances et légendes sur le lilas,

    cette fleur sentimentale et chargée de nostalgie, 

    différent totalement d'un pays à l'autre ...

     

    lilas 

     

    C'est  en Perse qu'est née la coutume d'offrir une tige de lilas

    à un amant auquel on pouvait signifier

    de façon délicate que l'amour était fini.

     

    Offrir à une jeune fille un lilas blanc signifiait

    une déclaration d'amour mais aussi le respect de sa virginité.

    Si la fleur du lilas était mauve, c'était une demande en mariage :

    ces cadeaux s'appelaient "lettres persanes", vu l'origine du lilas.

     

    lilas

     

    A noter que, selon une superstition américaine, si une fille  porte du lilas, elle est destinée à rester célibataire .

    Cette croyance est probablement inspirée de l'histoire de cette jeune fille innocente, séduite et abandonnée par un noble anglais, et qui en mourut de chagrin.

    Pendant la nuit, la couronne de lilas mauve déposée sur sa tombe vira au blanc, symbole de l'innocence et du deuil.

     

    Aux Etats-Unis, on mettait des bouquets de lilas dans toutes les pièces pour les protéger des influences négatives.

     

    lilas

     

    Par contre, en Angleterre et en Ecosse,  le lilas n'est pas de bonne augure :  on croit qu'il porte malheur d'introduire du lilas dans la maison surtout de la variété "Syringa alba", peut-être à cause de ses puissants effluves.

    Il est également considéré comme une fleur  prémonitoire de malheur et une fleur funéraire que l'on dépose sur les cercueils.

    lilas 

    Mais le lilas est aussi une des fleurs du printemps

    les plus appréciées, et, comme dans la chanson,

    il symbolise la découverte de l'amour.

     

    Ses riches grappes de fleurs blanches, mauves ou violettes

    font de superbes bouquets qui dégagent un parfum ineffable.

     

    Le lilas entre d'ailleurs dans le composition de nombreux

    parfums à dominante fleurie, légère et suave.

    lilas


    28 commentaires
  • Passez une agréable semaine mes amis !

    JE VOUS RETROUVERAI PEU à PEU ...

     

    Les occupations attendent au jardin et ailleurs!

    Festival printanier !

    Après Pâques ... gardons le sourire ! 

     

    "Week end fleuri" ...

    Une météo mitigée encore un peu frisquette mais de saison ...

     

    Aussi je viens vous égayer le cœur

    avec les fleurs  qui illuminent notre mois d'avril !

     

    Le jaune et le blanc prédominent chez nous ...

     

    En début de mois ...

     

    les narcisses ou jonquilles ...

    Festival printanier !

     

    festival d'avril !

     

    week end fleuri ...

     

    festival d'avril !

     

     les tulipes mariées aux jacinthes ...

    week end fleuri ...

     

    les pensées ...

    "Week end fleuri" ...

     

    Puis s'éveillent les arbustes ...

     les forsythias ...

    week end fleuri ...

     

    les corètes ...

    week end fleuri ...

     

    les mahonias ...

    week end fleuri ...

     

    La spirée

    festival d'avril !

     

    Pour Pâques, en avance sur la saison  ...

    Les lilas blanc et lilas mauve

    festival d'avril !

     

    festival d'avril !

     

    L'apothéose pour cette ronde du mois ...

    Le festival de couleurs ...

    des giroflées ! 

     

    week end fleuri ...

     

     

    C'est toujours un bonheur de vous recevoir sur mes pages ...

    Merci à vous et "A plus" !

    "Week end fleuri" ...

     


    36 commentaires
  • la petite poule

    De ma pause ...

    je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de Pâques, mes amis !...

     

    la petite poule

     

    Et pour fêter Pâques ensemble ..

    Ce joli conte qui, je pense, ravira les enfants ! ...

     

    Chocoline, la petite poule qui cherchait le Printemps

    Auteur : Marie-Louise VERT 

    la petite poule

     Ce matin là, veille de Pâques, au petit jour,

    il se passa quelque chose d'extraordinaire dans la boutique du confiseur.

     

    Toutes les cloches en chocolat se mirent à sonner :

    Ding Ding ! fit légèrement la plus petite.

    Ding Dong ! répondit la suivante.

    L'une chanta plus fort : Ding Ding Dong !

    La plus grosse alors, gravement, approuva : Baoum Baoum ! et toutes ensemble elles carillonnèrent.

    Elles réveillèrent Chocoline, la grosse poule de chocolat, pleine de petits œufs à la liqueur, qui dormait sur son nid.

    la petite poule

    Elle voulut s'étirer, mais le grand nœud de ruban rouge qui l'enserrait l'obligea à rester tranquille.
              - Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle.

     

    Toutes les cloches répondirent :
              - Pâques arrive ... ! C'est le printemps, Ding Ding Dong !
              - Comment est-il le printemps ?
              - Oh ! Elle ne sait pas ce que c'est que le printemps ! rirent toutes les cloches.

     

    Au fait, comment lui expliquer ?

    L'une murmura :
              - Le printemps, c'est comme un tout petit enfant avec plein de fleurs dans les mains.
              - Non, corrigea la voisine, le printemps c'est un beau jeune homme, habillé de vert et qui sourit.
              - Non, dit une autre, le printemps c'est une jeune fille aux cheveux blonds, avec une robe fleurie et des guirlandes au bout des doigts.
              - Non, non, protesta la foule des cloches, et elles se mirent à parler toutes en même temps, on entendait des mots : fleur, nid, chanson, soleil,... en un gai carillon.
            

    la petite poule

              - Je n'y comprends rien, dit Chocoline, si vous parlez toutes en même temps, je ne saurai jamais comment est le printemps.

    Mais les cloches étaient lancées, impossible de les arrêter !

    Chocoline se dit :

              -Je voudrais bien connaître le printemps, mais comment le trouver ? Bah ! On me renseignera en route, je vais partir à sa recherche.

    Elle réussit à se glisser hors de son nid, étira ses pattes, et sortit dans la rue.
    Il n'y avait encore presque personne dehors. 

     

    Nul ne s'étonna de voir Chocoline, qui ressemblait à une poule ordinaire et qui marchait.

    Il y avait bien dans son ventre, ces petits œufs sucrés qui ballottaient et lui pesaient, mais elle s'y habitua.

     

    Passant près d'un panier qu'on avait apporté du marché, elle aperçut des jonquilles jaune pâle :
              - Jonquilles, dites-moi où est le printemps, je vous prie, je le cherche.
              - Le printemps ? Mais c'est un peu nous .... dirent-elles.
    Chocoline crut qu'elles se moquaient d'elle, et comme un chien arrivait vers elle, elle s'enfuit très vite.

     

    Plus loin, sur le bord d'une fenêtre, un pot de jacinthe bleue la regardait de toutes ses clochettes ouvertes :
              - Jacinthe, dis moi où est le printemps, je le cherche.
              - Le printemps ? C'est un peu moi ... dit la jacinthe, mais tu le trouveras guère dans la ville, il se plaît mieux à la campagne.

    La poulette repartit.
    la petite poule
    Elle marcha longtemps et arriva à la campagne.

     Elle entra dans un poulailler pour se renseigner, mais les poules se lèvent de bonne heure, elles étaient déjà parties gratter la terre dans le jardin pour y trouver les vers dont elles se régalaient.

    Voyant un nid vide, Chocoline se débarrassa des petits œufs qui encombraient son ventre : Cot, cot, cot ... coline !

    Si bien que, dans la matinée, les enfants de la ferme trouvèrent des petits œufs à la liqueur entre les gros œufs des poules.

    Chocoline repartit plus légère.

    Il faisait bon; le soleil lui caressait les ailes.

    Des petites pâquerettes faisaient la roue dans l'herbe, gentiment, pour qu'on les voie.

    Des buissons, pressés d'être jolis, s'étaient garnis de grosses grappes de fleurs, sans attendre les feuilles.

    Elle appela :
              - Pâquerettes, buissons ! Dites moi où est le printemps, je voudrais le trouver...
              - Le printemps ? mais c'est un peu nous ... répondirent-ils ensemble.
            

      - Vous vous moquez de moi, se fâcha Chocoline.

    Je veux voir le printemps ! Où est-il ?
              - Cherche, siffla le merle.

    la petite poule

    Notre poule était à la lisière de la forêt, et soudain, deux notes chantèrent : Coucou !
              - Maman, demanda un petit garçon, entends-tu le coucou ?
               - Oui, c'est le printemps, répondit la mère.

    C'est le printemps ! A ces mots, un contentement merveilleux entraîna Chocoline.

    Voilà, se dit-elle, c'est lui ! Je comprends, il est dans le bois; il joue à cache-cache.

    Je le trouverai maintenant.

    Comment est-il ? Est-ce un enfant, un jeune homme ?

    Est-ce lui qui laisse tomber de ses mains toutes ces fleurs ?

    Elle s'enfonça dans le bois, et la voix mystérieuse semblait la suivre, et s'éloigner, et puis revenir : Coucou, coucou, coucou !

    Mais pas de printemps, elle ne vit qu'un petit oiseau qui sautillait dans les branches.
    Ne rencontrerait-elle jamais le printemps ?

    Elle arriva dans une jolie clairière ensoleillée.

    Une maisonnette proche souriait de toutes ses fenêtres ouvertes.

    Pour quelle fête, étaient dressés dans le jardin ces gros bouquets : amandiers blancs et pêchers roses ?
    Deux pigeons roucoulaient doucement : Crou crououou.

    la petite poule

    Chocoline avançait, et ses pattes écrasaient les violettes tant il y en avait  ... 

    De ces violettes mauves qui se serrent les unes contre les autres, sur chaque motte de terre.

    Comme je suis bien, murmura la poulette.

    Le soleil réchauffait si agréablement ses plumes, qu'elle s'accroupit dans un creux, écarta un peu les ailes, et ne bougea plus.

    Elle comprit qu'elle avait enfin trouvé le printemps.

    Certes, on ne pouvait le voir, comme une personne près de soi, mais il était là cependant.

    L'oiseau du bois avait bien raison d'entraîner les passants pour leur faire trouver le printemps.

    Coucou ! Le printemps est là, sur la branche de saule aux chatons de velours gris.

    Coucou ! Il est là, dans le parfum de l'aubépine.

    Coucou ! Coucou ! Il chante dans l'arbre, il est au sol : c'est la mousse nouvelle, c'est le brin d'herbe, c'est la jolie fleur qui sent si bon...

    Il est dans le ciel, plus clair et plus bleu.

    Il est partout quand son heure est venue. Coucou !

    la petite poule

    Comme je suis bien, répète Chocoline; je me sens toute amollie.

    Je n'ai pas du tout envie de retourner dans la boutique du confiseur... Je suis bien, bien...

    Mais que m'arrive-t-il ? Chocoline se tait.

    Son cou se plie, sa tête touche le sol...

    C'est le soleil, déjà chaud, qui fait doucement fondre la poulette de chocolat !


    Et ce fut Nanou, la petite fille de la maison, qui ramassa le joli ruban rouge.

    Elle pensa que c'était un cadeau et se régala des morceaux de Chocoline

    qui était morte de bonheur pour avoir rencontré le printemps.

     

    la petite poule

     

    Petit coucou ... pour " Pâques" ... la petite poule

     


    38 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires